Ami #Attachédepresse, les journalistes adooooooorent les dossiers de presse

Voici une preuve supplémentaire que le dossier de presse est à utiliser avec parcimonie, mais aussi que le message délivré par l’attaché de presse est tout aussi important que l’emballage qui va avec. Et c’est un journaliste de Rue89 qui le dit.

 

« Comme tout média, Rue89 reçoit chaque jour des dossiers de presse. Beaucoup de papier et d’efforts déséspérés pour essayer d’attirer l’attention des journalistes sur tel ou tel produit, telle ou telle marque.

Dans neuf cas sur dix, au moins, le beau dossier termine directement à la poubelle. J’en ai sauvé pourtant deux, pour vous les présenter. Les deux dossiers les plus incongrus de l’année.

Le premier dossier est un incroyable album sur papier glacé, tiré à 2000 exemplaires. Je pensais au départ qu’il s’agissait d’un catalogue pour vanter les merveilles un bijoutier de la place Vendôme, mais non. L’expéditeur est le gestionnaire public des HLM de la ville du Havre, Alcéane. Les HLM, oui, ces habitations reservées aux plus démunis.

La couverture est noire comme une carte infinite, ornée de lettres dorées très élégantes :

« HLM, l’autre merveille du monde ».

 

De l’argent gaspillé ? Quand on lit l’introduction, on comprend mieux les intentions des concepteurs : il s’agit de lutter contre les clichés, de faire oublier la rime HLM-blême chère à Renaud, de combattre la « mauvaise réputation ».

Ce projet a aussi valeur de « témoignage iconographique » : il présente des portraits de locataires. Les images sont réalisées par un photographe spécialisé dans les stars, Guy Isaac. Les interviews ont été conduites par le directeur général de l’office public de HLM lui-même, Jean-Pierre Niot :

« Porteur de ce projet, j’ai choisi d’aller rencontrer “mes” locataires, chez eux, danes leur intimité, de prendre la plume et rédiger leur portrait. »

Tout cela est un peu affecté, et finalement retombe dans la caricature (c’est le simple négatif de la chanson de Renaud). Mais l’intention est louable… Donc le prix du dossier le plus débile de l’année échappe de justesse à Alcéane.

 

Duracell

La palme revient à Duracell, pour le dossier que nous avons reçu vendredi : un immense gâchis de papier, sans parler du transport, pour faire comprendre aux journalistes que Duracell « s’engage auprès de la fondation Hulot » en « devenant partenaire thématique du Programme Climat-Economies d’Energie ».

Pour nous assurer que « le développement durable est une priorité pour notre marque » (dixit Sébastien Szczepaniak, directeur marketing) un email aurait suffi : cela consomme moins d’arbres et de CO2.

Mais non : Duracell, voulant multiplier les gages d’écologiquement correct, a multiplié les symboles : quand on green-wash, chez cette filiale de Procter & Gamble, (52e pollueur de l’air américain), c’est à grandes eaux !

Le dossier est emballé dans un méchant cartonage, genre récup’ ; il est tenu par une corde aussi brune que du riz complet, prétendument brûlée aux extrémités, et par une pince à linge artisanale en bois brut ; le papier est épais, d’un léger gris-recyclé ; seul le DVD offert en fin de dossier déroge au culte du bio. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s