Archaïsme, ou quand les préjugés ont la vie dure !

Je pousse un coup de gueule, une fois n’est pas coutume. Voici l’annonce dont je viens de prendre connaissance et qui me fait bondir :

« Je suis porteur – avec d’autres personnes – d’un projet de création d’une société d’édition numérique interactive qui offrira un service innovant et à ce jour inédit en France à ses
utilisateurs. Nous interviendrons dans le domaine de l’édition jeunesse (public final destinataire enfants de 2 à 9 ans). Nous sommes actuellement dans la phase de montage du projet.
Après discussion avec nos différents partenaires, il apparaît que nous devrons très probablement avoir recours aux service d’un(e) attaché(e) de presse.
Compte tenu de la nature de notre projet, nous recherchons de préférence une femme, mère de famille si possible. Nous souhaiterions aussi qu’elle soit « parisienne », les organes de presse qui nous intéressent étant plutôt sur Paris. Mais ce n’est peut être qu’un préjugé de ma part » (QUEL PREJUGE ? MAIS NON, ABSOLUMENT PAS !).
« Je souhaiterai donc m’entretenir avec vous afin d’en parler et voir si vous pourriez avoir un « coup de cœur » pour notre initiative, et en cas de réciproque, voir les modalités de votre prestation. En cas d’intérêt de votre part, vous pouvez me contacter au numéro ci-dessous ou bien me dire quand je peux vous appeler.
Dans l’attente de votre réponse,
Meilleures salutations ».

1. Est-ce-que seules les mères de famille peuvent être sensibles aux problématiques d’éducation des enfants ? Evidemment que oui, les pères s’en foutent complètement. C’est la femme qui éduque les enfants et s’en occupe pendant que le mari est au boulot. Evidemment que le bonhomme ne leur a jamais changé leur couche, donné le biberon, lu des histoires, appris à parler ou à marcher, ni choisi de vêtements, ou encore préparé à manger… ON EST PLUS AU MOYEN-AGE, BORDEL !

2. Faut-il être absolument « parisien » pour être attaché de presse et, donc, pouvoir contacter les rédactions domiciliés là-bas ? Il me semble qu’il y a d’autres villes qui ont le téléphone (pour appeler les journalistes, entre autres), Internet (pour trouver les rédactions, leurs coordonnées et les médias online), des marchands de journaux pour acheter la presse nationale (et se tenir, ainsi, au courant de ce qu’il se passe dans la capitale, mais aussi en dehors) et les transports (pour se rendre à Paris et en Province, notamment pour le travail).

Vous l’aurez compris, l’auteur de ce message, dont je ne mentionnerai pas l’identité, vit probablement dans une bulle restée figée depuis quelques décennies.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s